Portrait: Eliz Erol, Student Coach du Concours de la Médiation Commerciale

– Bonjour Eliz, un mot sur vous ?

Bonjour, je m’appelle Eliz Erol et je suis étudiante en mastère spécialisé de droit et management international à l’ESCP Business School. J’ai effectué mon master 2 en droit anglais et nord-américain des affaires à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Afin d’allier la pratique à la théorie, j’ai intégré le pôle Arbitrage & Médiation de la Clinique Juridique de la Sorbonne il y a trois années. Notre pôle a pour objectif de promouvoir les modes alternatifs de règlements des conflits et plus particulièrement l’arbitrage et la médiation. A ce titre, nous participons à des concours en arbitrage et en médiation, dont le concours de médiation du CMAP.    

– Eliz, à combien de Concours de la Médiation du CMAP avez-vous participé ?

J’ai participé à deux concours de médiation du CMAP, le premier, en 2019 et le second, cette année. Je regrette de ne pas avoir pu participer au concours de l’an dernier, qui n’a pas eu lieu en raison de la crise sanitaire.

– Qu’est-ce qui vous plaît dans cet événement ?

Cet événement permet aux étudiants de découvrir et s’entraîner à la pratique de la médiation, avant de se lancer dans la vie professionnellement.

Les sessions de médiation qui ont lieu lors du concours ressemblent à de vraies sessions de médiation. Par ailleurs, le jury, composé de vrais médiateurs, nous donne des conseils très pertinents pour la suite du concours, mais également, pour la poursuite d’une formation de médiateur. Le concours permet une expérience immersive dans le monde des modes alternatifs de règlement des conflits et plus particulièrement, de la médiation.

– Quels bénéfices les étudiants tirent-ils du concours ?

Comme je l’ai indiqué précédemment, les étudiants bénéficient d’une simulation dans de réelles conditions. Les médiateurs jouent le rôle des parties et défendent leurs intérêts lors de la session. L’étudiant participe en qualité de médiateur, et se retrouve face à des parties qui vont tenter de faire valoir leurs positions comme lors d’une vraie médiation. Cette première expérience d’une session de médiation, quasi réelle, donne une opportunité pour les étudiants de pouvoir avoir un premier aperçu de la médiation et de s’exercer à la médiation dans un milieu professionnel. Le fait d’être en contact en permanence avec des professionnels des modes alternatifs de règlement de conflits offre un avantage indéniable aux participants.

De plus, le concours nous permet de développer des soft skills, sur la gestion du temps car la session est limitée à 60 minutes, mais aussi sur la gestion du stress que les parties peuvent faire susciter. La médiation repose surtout sur la communication, ainsi, les participants peuvent pleinement développer leurs techniques de communication en laissant libre cours à leur créativité et leur audace pour renouer le dialogue entre les parties. Cette année, les participants auront une difficulté supplémentaire puisque le concours se tient en visioconférence. Ils pourront ainsi travailler leur compétences de communication via ce nouvel outil de communication que la crise sanitaire a imposé dans le paysage profesionnel.

Enfin, les prix décernés aux trois équipes gagnantes représentent un réel avantage pour un étudiant qui souhaite se lancer professionnellement dans la médiation ou poursuivre ses études de droit grâce aux stages proposés par les partenaires.  

– Vous êtes student coach, en quoi consiste votre rôle durant le concours ?

Mon rôle consiste à assister les membres de mon équipe lors du concours. Au sein de notre pôle, Alexis Choquet et moi-même, sommes student coach depuis deux ans. Nous préparons les équipes avec l’aide de notre coach professionnel, Maître Hirbod Dehgahni-Azar en leur apprenant les principes clés de la médiation. Nous réalisons également plusieurs session d’entraînement avec nos étudiants participants. En tant que student coach, nous jouons le rôle des parties et des jurés comme les vrais médiateurs lors du concours. Grâce à notre expérience du concours avec Alexis, nous sommes en mesure de pouvoir orienter nos équipes afin de leur faire éviter les pièges classiques lors d’une médiation. Nos différentes sessions d’entraînement leurs donnent la possibilité de s’améliorer ou d’acter leurs connaissances afin de mieux se préparer au concours.

– Que diriez-vous aux étudiants qui ne connaissent pas encore le concours ?

Je recommanderai aux étudiants de s’inscrire au concours afin d’avoir une vraie première expérience de résolution d’un conflit à l’amiable. La médiation n’implique aucune connaissance juridique lors de son déroulement. Le médiateur reste un facilitateur de dialogue.

Propos recueillis par Marjolaine RATIER